×

Cie Philippe Saire
Av. de Sévelin 36
1004 Lausanne
Suisse

+41 21 620 00 12 info@philippesaire.ch

Newsletter

Teaser Actéon

Le teaser de Actéon est dévoilà!
Réservation et infos: theatresevelin36.ch

Actéon, création 2018

La nouvelle pièce de Philippe Saire, Actéon, sera présentée au Théâtre Sévelin 36 du 14 au 25 novembre 2018.
Librement adaptée du mythe grec éponyme ; l’histoire de ce chasseur changé en cerf par la déesse Diane et déchiqueté par ses chiens. Centrée avant tout sur le mouvement, la pièce prend place dans l’univers fascinant, étrange et controversé de la chasse. Le mythe d’Actéon, tel qu’il est ici adapté, questionne de façon allégorique notre rapport au sauvage, une certaine « utopie de la nature » dont le discours du chasseur se fait l’emblème. Les notions de transgression, de métamorphose et de punition marquent ces allers-retours entre l’ordre physique et le merveilleux.

theatresevelin36.ch

Premières photos de Ether

Quatrième volet d'une série de pièces chorégraphiques en convergence avec les arts visuels, Ether aborde un nouvel aspect de notre perception visuelle : la versatilité des corps dans un espace en point de fuite et enfumé, à la frontière entre la présence et l'absence.

Avec Marthe Krummenacher et David Zagari

La pièce est présentée du 25 au 29 avril au Théâtre Sévelin 36, Lausanne. Infos et réservations: https://www.theatresevelin36.ch

Interview de Philippe Saire à Vertigo

Philippe Saire était l'invité de Pierre-Philippe Cadert dans Vertigo, sur La Première.

Il y parle de son rapport à la danse, et surtout de son dernier spectacle, Ether.

Ecouter l'émission: https://goo.gl/6mMdCF

Ether - le teaser est en ligne!

Quatrième volet d'une série de pièces chorégraphiques en convergence avec les arts visuels, ce duo joue sur un nouvel aspect de notre perception visuelle : la versatilité des corps dans un espace en point de fuite et enfumé, à la frontière entre la présence et l'absence.

25-29 avril, Théâtre Sévelin 36, réservations: theatresevelin36.ch
me & je 19h, ve & sa 20h, di 17h  ;  15.-/10.-

Les Sirènes - Avant-première à la Cinémathèque Suisse

La Cinémathèque Suisse et le Théâtre de Sévelin 36 proposent la projection en avant-première du nouveau court-métrage de Philippe Saire, le dimanche 11 mars à 19h15.

Après les Cartographies (2002-2012), cette œuvre initie une nouvelle série de vidéos-danse liés à des performances in situ. Chaque opus transcrit un " chant " de l'Odyssée d'Homère, prenant comme modèle la transposition qu'en fait James Joyce dans Ulysse : personnelle et contemporaine.
Dans le film qu’il réalise ici, Philippe Saire part d’une situation très concrète pour glisser peu à peu vers une appropriation très libre du mythe. Trois jeunes femmes en fin de soirée, à l’instar des Sirènes, trompent leur impossible paix et la violence de cet impossible en se métamorphosant en naufrageuses. Elles nous entraînent dans la quiétude des flots.
De Philippe Saire Avec Kim Ceysens, Maëlle Desclaux, Maïté Jeannolin

Casino de Montbenon Lausanne, dimanche 11 mars 2018, 19h15 (14 min)
Entrée gratuite, inscription conseillée
La projection est suivie d’une verrée ; précédée des spectacles de Oona Doherty et Edouard Hue.

Black Out, le film – Projection à Lausanne

Première publique de Black Out (2017, 17min), précédé de Vacuum (2016, 6min), dimanche 15 octobre 2017 à 11h, aux Galeries Pathé, Lausanne.
La projection est suivie d’une intervention de Stéphane Bouquet, écrivain et critique.

Loin de se résumer à de simples captations de spectacles, les travaux vidéos de Philippe Saire sont conçus comme des projets à part entière. Après plusieurs courts-métrages (Blind Date, [ob]seen, Faire Diversion, …), ainsi que la série Cartographies, qui se concentrait sur des chorégraphies in situ et était l’occasion de collaborer avec plusieurs réalisateurs de renom, ces deux films courts sont inspirées des spectacles éponymes. Ces derniers s’inscrivent dans une série en cours intitulée Dispositifs et explorant les frontières entre danse et arts visuels.

CUT revient à Lausanne dans le cadre du Programme Commun

Après une Première en novembre dernier, la dernière création de Philippe Saire entamait une tournée à Neuchâtel, puis Darmstadt pour une première allemande avant de passer par Berne et Bienne. Nous sommes très heureux que CUT revienne à Lausanne les 30, 31 mars et 1 avril 2017, et ce dans le cadre du Programme Commun – piloté par le Théâtre de Vidy et l’Arsenic.

Cette pièce chorégraphique pour 5 danseurs sera présentée au Théâtre de Sévelin 36 le jeudi 30 mars à 20h30, le vendredi 31 mars à 21h et le samedi 1 avril à 19h30. Réservations et informations sur le site du théâtre ou par mail.

×

Cie Philippe Saire
Av. de Sévelin 36
1004 Lausanne
Suisse

+41 21 620 00 12 info@philippesaire.ch

Newsletter

Teaser Actéon

Le teaser de Actéon est dévoilà!
Réservation et infos: theatresevelin36.ch

Actéon, création 2018

La nouvelle pièce de Philippe Saire, Actéon, sera présentée au Théâtre Sévelin 36 du 14 au 25 novembre 2018.
Librement adaptée du mythe grec éponyme ; l’histoire de ce chasseur changé en cerf par la déesse Diane et déchiqueté par ses chiens. Centrée avant tout sur le mouvement, la pièce prend place dans l’univers fascinant, étrange et controversé de la chasse. Le mythe d’Actéon, tel qu’il est ici adapté, questionne de façon allégorique notre rapport au sauvage, une certaine « utopie de la nature » dont le discours du chasseur se fait l’emblème. Les notions de transgression, de métamorphose et de punition marquent ces allers-retours entre l’ordre physique et le merveilleux.

theatresevelin36.ch

Premières photos de Ether

Quatrième volet d'une série de pièces chorégraphiques en convergence avec les arts visuels, Ether aborde un nouvel aspect de notre perception visuelle : la versatilité des corps dans un espace en point de fuite et enfumé, à la frontière entre la présence et l'absence.

Avec Marthe Krummenacher et David Zagari

La pièce est présentée du 25 au 29 avril au Théâtre Sévelin 36, Lausanne. Infos et réservations: https://www.theatresevelin36.ch

Interview de Philippe Saire à Vertigo

Philippe Saire était l'invité de Pierre-Philippe Cadert dans Vertigo, sur La Première.

Il y parle de son rapport à la danse, et surtout de son dernier spectacle, Ether.

Ecouter l'émission: https://goo.gl/6mMdCF

Ether - le teaser est en ligne!

Quatrième volet d'une série de pièces chorégraphiques en convergence avec les arts visuels, ce duo joue sur un nouvel aspect de notre perception visuelle : la versatilité des corps dans un espace en point de fuite et enfumé, à la frontière entre la présence et l'absence.

25-29 avril, Théâtre Sévelin 36, réservations: theatresevelin36.ch
me & je 19h, ve & sa 20h, di 17h  ;  15.-/10.-

Les Sirènes - Avant-première à la Cinémathèque Suisse

La Cinémathèque Suisse et le Théâtre de Sévelin 36 proposent la projection en avant-première du nouveau court-métrage de Philippe Saire, le dimanche 11 mars à 19h15.

Après les Cartographies (2002-2012), cette œuvre initie une nouvelle série de vidéos-danse liés à des performances in situ. Chaque opus transcrit un " chant " de l'Odyssée d'Homère, prenant comme modèle la transposition qu'en fait James Joyce dans Ulysse : personnelle et contemporaine.
Dans le film qu’il réalise ici, Philippe Saire part d’une situation très concrète pour glisser peu à peu vers une appropriation très libre du mythe. Trois jeunes femmes en fin de soirée, à l’instar des Sirènes, trompent leur impossible paix et la violence de cet impossible en se métamorphosant en naufrageuses. Elles nous entraînent dans la quiétude des flots.
De Philippe Saire Avec Kim Ceysens, Maëlle Desclaux, Maïté Jeannolin

Casino de Montbenon Lausanne, dimanche 11 mars 2018, 19h15 (14 min)
Entrée gratuite, inscription conseillée
La projection est suivie d’une verrée ; précédée des spectacles de Oona Doherty et Edouard Hue.

Black Out, le film – Projection à Lausanne

Première publique de Black Out (2017, 17min), précédé de Vacuum (2016, 6min), dimanche 15 octobre 2017 à 11h, aux Galeries Pathé, Lausanne.
La projection est suivie d’une intervention de Stéphane Bouquet, écrivain et critique.

Loin de se résumer à de simples captations de spectacles, les travaux vidéos de Philippe Saire sont conçus comme des projets à part entière. Après plusieurs courts-métrages (Blind Date, [ob]seen, Faire Diversion, …), ainsi que la série Cartographies, qui se concentrait sur des chorégraphies in situ et était l’occasion de collaborer avec plusieurs réalisateurs de renom, ces deux films courts sont inspirées des spectacles éponymes. Ces derniers s’inscrivent dans une série en cours intitulée Dispositifs et explorant les frontières entre danse et arts visuels.

CUT revient à Lausanne dans le cadre du Programme Commun

Après une Première en novembre dernier, la dernière création de Philippe Saire entamait une tournée à Neuchâtel, puis Darmstadt pour une première allemande avant de passer par Berne et Bienne. Nous sommes très heureux que CUT revienne à Lausanne les 30, 31 mars et 1 avril 2017, et ce dans le cadre du Programme Commun – piloté par le Théâtre de Vidy et l’Arsenic.

Cette pièce chorégraphique pour 5 danseurs sera présentée au Théâtre de Sévelin 36 le jeudi 30 mars à 20h30, le vendredi 31 mars à 21h et le samedi 1 avril à 19h30. Réservations et informations sur le site du théâtre ou par mail.

L’Alibi et le Topographe spectacle ×

Première aux Théâtres d’été de Nyon, août 1993. Reprise au Théâtre Sévelin 36 en avril 1996.

Solo de Philippe Saire. Un montage de textes et de gestes qui peut être pris comme l’illustration dynamique de ce qu’est aussi la danse: pas seulement une machine à usiner les émotions mais aussi une manière de tracer une cartographie du monde; de choisir, sur scène, quelle place on veut donner à l’homme.

Textes: extraits de Peter Handke, Outrage au public et autres pièces parlées
Remerciements: Ariane et Christian Karcher et toute l’équipe d’Ag’art


L’alibi – l’ailleurs -, un moyen de défense, une preuve de l’absence du lieu, de l’absence du corps dans le lieu, quand quelque chose s’y passe. Une trace, paradoxale, de la non-présence.

Le topographe – l’écrivain du lieu -, le releveur de la configuration, du relief et des particularités de l’endroit. Le garant de l’état des choses, répertoriant, mesurant, dénombrant, délimitant.

Dans cette hyperréalité de l’endroit, comment inscrire un corps non-topographié? Pourquoi le faire? On ne peut lui assigner de place définitive, sa trace est dans la mouvance, son état le lui dicte.

Un malaise à « être quelque part » qui pousse la danse à dessiner à chaque fois sa propre carte, ses reliefs et ses accidents, sa topographie éphémère. A travers une présence provisoire, à faire l’éloge de l’absence, de l’alibi.

Une sorte de nouveau rituel, celui d’une résistance à un jeu aux règles trop définies, à un dénombrement organisé. Mais une résistance par l’esquive, de la consistance de l’eau, fluide, légère et dévastatrice.


Une pièce complexe comme un labyrinthe intérieur et destinée à être plus ressentie que comprise. Le chorégraphe-interprète morgien trace en effet une piste à la fois pure et embrouillée où fusionnent gestuelle mécanique, extraits d’Outrage au public et autres pièces parlées de Peter Handke et accessoires divers, témoins du temps qui passe. Déroutant, Philippe Saire invente sa propre géographie de l’espace en jonglant, sans logique apparente, avec sa voix naturelle et ses paroles amplifiées. En construisant au sol des alignements de colonnes en ruine ou encore en enfilant un harnais pour semer son chemin de sable. Avec L’alibi et le topographe, le danseur aborde des terres magiques qui fertilisent l’imaginaire.
Francine Collet, Le Courrier, Genève, 9 août 1993

Fulgurante entrée en scène, perruqué façon Louis XIV, et enveloppé dans une vaste djellaba blanche sur une musique enfiévrée. Une apparition à laquelle aucun topographe ne saurait imposer une « cote » – elle échappe à toute référence – pas plus qu’à la disparition de l’artiste, d’ailleurs, au terme du spectacle, alors que l’obscurité engloutit sa silhouette « levée » – grâce à un harnais et à une poulie – et qu’au sol seule une poudre blanche garde la trace de ses pas fugaces.
Opposition de l’immuable – une série de fragments de marbre et de granit, comme autant de menhirs – et de l’éphémère – les oscillations d’un pendule, les mouvements du danseur. Contradiction propre à cet art qui met en jeu des corps, et qui vise à une transsubstantiation. Avec des gestes insolites, et les mots de Handke à la bouche, Philippe Saire balise, fût-ce à son corps défendant, ce territoire à explorer. Offrant du même coup au regard des images vertigineuses.

Jean-Pierre Pastori, 24 Heures, Lausanne, 7-8 août 1993


Chorégraphie et danse
Philippe Saire


Scénographie et création lumière
Jean-Marie Bosshard


Assistant lumière
Luc Gendroz


Costumes
Elf Kirchhofer


Musique
Béla Bartòk, Michael Nyman, Terry Riley, Renaud Garcia-Fons, Antonio Vivaldi


Remerciements
Ariane et Christian Karcher et toute l’équipe d’Ag’art


↳ PHOTOS HD
↳ FICHE TECHNIQUE

Dates passées

Nyon (CH)
06.08.1993
09.08.1993
Tours (FR)
01.01.1994
01.01.1994
Givisiez (CH)
01.01.1994
01.01.1994
Yverdon-les-Bains (CH)
01.01.1994
01.01.1994
Bruxelles (BE)
01.01.1994
01.01.1994
Lausanne (CH)
11.04.1996
27.04.1996