×

Cie Philippe Saire
Av. de Sévelin 36
Case Postale 20
1000 Lausanne
Suisse

+41 21 620 00 12 info@philippesaire.ch

Newsletter

Premières photos de Ether

Quatrième volet d'une série de pièces chorégraphiques en convergence avec les arts visuels, Ether aborde un nouvel aspect de notre perception visuelle : la versatilité des corps dans un espace en point de fuite et enfumé, à la frontière entre la présence et l'absence.

Avec Marthe Krummenacher et David Zagari

La pièce est présentée du 25 au 29 avril au Théâtre Sévelin 36, Lausanne. Infos et réservations: https://www.theatresevelin36.ch

Interview de Philippe Saire à Vertigo

Philippe Saire était l'invité de Pierre-Philippe Cadert dans Vertigo, sur La Première.

Il y parle de son rapport à la danse, et surtout de son dernier spectacle, Ether.

Ecouter l'émission: https://goo.gl/6mMdCF

Ether - le teaser est en ligne!

Quatrième volet d'une série de pièces chorégraphiques en convergence avec les arts visuels, ce duo joue sur un nouvel aspect de notre perception visuelle : la versatilité des corps dans un espace en point de fuite et enfumé, à la frontière entre la présence et l'absence.

25-29 avril, Théâtre Sévelin 36, réservations: theatresevelin36.ch
me & je 19h, ve & sa 20h, di 17h  ;  15.-/10.-

Les Sirènes - Avant-première à la Cinémathèque Suisse

La Cinémathèque Suisse et le Théâtre de Sévelin 36 proposent la projection en avant-première du nouveau court-métrage de Philippe Saire, le dimanche 11 mars à 19h15.

Après les Cartographies (2002-2012), cette œuvre initie une nouvelle série de vidéos-danse liés à des performances in situ. Chaque opus transcrit un " chant " de l'Odyssée d'Homère, prenant comme modèle la transposition qu'en fait James Joyce dans Ulysse : personnelle et contemporaine.
Dans le film qu’il réalise ici, Philippe Saire part d’une situation très concrète pour glisser peu à peu vers une appropriation très libre du mythe. Trois jeunes femmes en fin de soirée, à l’instar des Sirènes, trompent leur impossible paix et la violence de cet impossible en se métamorphosant en naufrageuses. Elles nous entraînent dans la quiétude des flots.
De Philippe Saire Avec Kim Ceysens, Maëlle Desclaux, Maïté Jeannolin

Casino de Montbenon Lausanne, dimanche 11 mars 2018, 19h15 (14 min)
Entrée gratuite, inscription conseillée
La projection est suivie d’une verrée ; précédée des spectacles de Oona Doherty et Edouard Hue.

Black Out, le film – Projection à Lausanne

Première publique de Black Out (2017, 17min), précédé de Vacuum (2016, 6min), dimanche 15 octobre 2017 à 11h, aux Galeries Pathé, Lausanne.
La projection est suivie d’une intervention de Stéphane Bouquet, écrivain et critique.

Loin de se résumer à de simples captations de spectacles, les travaux vidéos de Philippe Saire sont conçus comme des projets à part entière. Après plusieurs courts-métrages (Blind Date, [ob]seen, Faire Diversion, …), ainsi que la série Cartographies, qui se concentrait sur des chorégraphies in situ et était l’occasion de collaborer avec plusieurs réalisateurs de renom, ces deux films courts sont inspirées des spectacles éponymes. Ces derniers s’inscrivent dans une série en cours intitulée Dispositifs et explorant les frontières entre danse et arts visuels.

CUT revient à Lausanne dans le cadre du Programme Commun

Après une Première en novembre dernier, la dernière création de Philippe Saire entamait une tournée à Neuchâtel, puis Darmstadt pour une première allemande avant de passer par Berne et Bienne. Nous sommes très heureux que CUT revienne à Lausanne les 30, 31 mars et 1 avril 2017, et ce dans le cadre du Programme Commun – piloté par le Théâtre de Vidy et l’Arsenic.

Cette pièce chorégraphique pour 5 danseurs sera présentée au Théâtre de Sévelin 36 le jeudi 30 mars à 20h30, le vendredi 31 mars à 21h et le samedi 1 avril à 19h30. Réservations et informations sur le site du théâtre ou par mail.

×

Cie Philippe Saire
Av. de Sévelin 36
Case Postale 20
1000 Lausanne
Suisse

+41 21 620 00 12 info@philippesaire.ch

Newsletter

Premières photos de Ether

Quatrième volet d'une série de pièces chorégraphiques en convergence avec les arts visuels, Ether aborde un nouvel aspect de notre perception visuelle : la versatilité des corps dans un espace en point de fuite et enfumé, à la frontière entre la présence et l'absence.

Avec Marthe Krummenacher et David Zagari

La pièce est présentée du 25 au 29 avril au Théâtre Sévelin 36, Lausanne. Infos et réservations: https://www.theatresevelin36.ch

Interview de Philippe Saire à Vertigo

Philippe Saire était l'invité de Pierre-Philippe Cadert dans Vertigo, sur La Première.

Il y parle de son rapport à la danse, et surtout de son dernier spectacle, Ether.

Ecouter l'émission: https://goo.gl/6mMdCF

Ether - le teaser est en ligne!

Quatrième volet d'une série de pièces chorégraphiques en convergence avec les arts visuels, ce duo joue sur un nouvel aspect de notre perception visuelle : la versatilité des corps dans un espace en point de fuite et enfumé, à la frontière entre la présence et l'absence.

25-29 avril, Théâtre Sévelin 36, réservations: theatresevelin36.ch
me & je 19h, ve & sa 20h, di 17h  ;  15.-/10.-

Les Sirènes - Avant-première à la Cinémathèque Suisse

La Cinémathèque Suisse et le Théâtre de Sévelin 36 proposent la projection en avant-première du nouveau court-métrage de Philippe Saire, le dimanche 11 mars à 19h15.

Après les Cartographies (2002-2012), cette œuvre initie une nouvelle série de vidéos-danse liés à des performances in situ. Chaque opus transcrit un " chant " de l'Odyssée d'Homère, prenant comme modèle la transposition qu'en fait James Joyce dans Ulysse : personnelle et contemporaine.
Dans le film qu’il réalise ici, Philippe Saire part d’une situation très concrète pour glisser peu à peu vers une appropriation très libre du mythe. Trois jeunes femmes en fin de soirée, à l’instar des Sirènes, trompent leur impossible paix et la violence de cet impossible en se métamorphosant en naufrageuses. Elles nous entraînent dans la quiétude des flots.
De Philippe Saire Avec Kim Ceysens, Maëlle Desclaux, Maïté Jeannolin

Casino de Montbenon Lausanne, dimanche 11 mars 2018, 19h15 (14 min)
Entrée gratuite, inscription conseillée
La projection est suivie d’une verrée ; précédée des spectacles de Oona Doherty et Edouard Hue.

Black Out, le film – Projection à Lausanne

Première publique de Black Out (2017, 17min), précédé de Vacuum (2016, 6min), dimanche 15 octobre 2017 à 11h, aux Galeries Pathé, Lausanne.
La projection est suivie d’une intervention de Stéphane Bouquet, écrivain et critique.

Loin de se résumer à de simples captations de spectacles, les travaux vidéos de Philippe Saire sont conçus comme des projets à part entière. Après plusieurs courts-métrages (Blind Date, [ob]seen, Faire Diversion, …), ainsi que la série Cartographies, qui se concentrait sur des chorégraphies in situ et était l’occasion de collaborer avec plusieurs réalisateurs de renom, ces deux films courts sont inspirées des spectacles éponymes. Ces derniers s’inscrivent dans une série en cours intitulée Dispositifs et explorant les frontières entre danse et arts visuels.

CUT revient à Lausanne dans le cadre du Programme Commun

Après une Première en novembre dernier, la dernière création de Philippe Saire entamait une tournée à Neuchâtel, puis Darmstadt pour une première allemande avant de passer par Berne et Bienne. Nous sommes très heureux que CUT revienne à Lausanne les 30, 31 mars et 1 avril 2017, et ce dans le cadre du Programme Commun – piloté par le Théâtre de Vidy et l’Arsenic.

Cette pièce chorégraphique pour 5 danseurs sera présentée au Théâtre de Sévelin 36 le jeudi 30 mars à 20h30, le vendredi 31 mars à 21h et le samedi 1 avril à 19h30. Réservations et informations sur le site du théâtre ou par mail.

La Nébuleuse du Crabe spectacle ×

Première à l’Arsenic, Lausanne, le 23 février 1994.

Chorégraphie pour 10 danseurs et 2 acteurs. Sous le signe du jeu et du foisonnement, l’homme civilisé apparaît comme une marionnette, un jouet mobile. Entre le passé et le présent, le vrai et le faux, les danseurs poseront peut-être la question de savoir où s’arrête et où commence le jeu.

« Enfant, c’est par le jeu que l’on apprend la vie. Adulte, c’est peut-être par le même biais que l’on tente d’en retrouver la saveur.[…] Comme le crabe, on avance de biais. Tout doit rester libre, flottant. » Philippe Saire


Dans le jeu des Carrés-Labyrinthes chaque participant est défini par son rôle et son trajet. Toute rencontre entre les personnages est interdite, sous peine de noyade. Ils devront alors sauter un tour le temps de regagner le rivage. Très rapidement, les joueurs développent une habileté qui rend ce jeu lassant, et les entraîne dans une impasse perpétuelle…


L’éclatement, le foisonnement de gens, d’époques. Le temps du métissage, du baroque. L’éclat de rire, la légèreté du jeu et la gravité d’un rituel. La perte des repères, le hasard court-circuité, la confusion organisée, définie ou récupérée par des règles. La mouvance de ces règles, les parties interrompues.

Des gagnants au visage de vaincu, des perdants au visage de vainqueur. Et nos déplacements en biais, cette faculté d’adaptation… Que tout cet enchevêtrement de règles, de lois, de parties toujours recommencées, toujours inachevées, se traduise enfin en un désordre souverain. Et que l’arbitraire règne, au grand jour, au grand jeu.

Tous, nous parlons toujours les mêmes choses. Ce qui change, ce sont les formes, les situations, les gens. Mais de quoi parler d’autre, si ce n’est de ce que nous sommes. Mis au monde, retirés du monde, et cet « entre-deux ».

Une longue partie que nous jouons, avec ses touchantes certitudes, dont la seule vraie ne sera jamais que la fin. C’est cette légende dont parle La Nébuleuse du Crabe, de ce monde adulte et futile, loin du sérieux de l’enfance. De la tendresse du dérisoire.

Philippe Saire


La Nébuleuse du Crabe porte assurément bien son nom. Le propos de Philippe Saire s’entoure d’un flou artistique auquel il est bien difficile de ne pas être sensible. Car, pour peu qu’on laisse vagabonder son imagination, on est emporté par cette tempête de gestes, de mouvements et d’éclats sonores. (…)
Dans ce spectacle beau comme un Pollock, Philippe Saire se dépasse. Il dirige d’une main de maître une douzaine de pur-sang impétueux, à la gestuelle tranchante. Le Quatuor Balanescu – enregistré ici; « live » à Londres le 25 mai prochain – leur prête ses sublimes accords. (…) Jocelyne Pache coud ses costumes de rêve. Et en peintre qu’il est aussi, Jean-Marie Bosshard manie adroitement le pinceau lumineux.

Jean-Pierre Pastori, 24 Heures, Lausanne, 25 février 1994

Solos du diable, pas de deux des comédiens ou grouillements de masse : Philippe Saire tire de ces éléments des ambiances fortes, curieuses, macabres, drôles par moments. Ce sont les acteurs aussi qui relancent le rythme en s’emparant de Shakerpeare avec insolence et brio: un duo surprenant que l’on aurait attendu plus tôt comme contrepoids verbal à cette gestuelle ludique.
Michèle Pralong, Journal de Genève et Gazette de Lausanne, 25 février 1994


Chorégraphie
Philippe Saire


Danse
Isabelle Pierre, Julie Salagues, Cindy Van Acker, Rahel Vonmoos, Stéphane Boyenval, Andreas Fratzl, Fabrice Garcia, Alexandre Isley, Yann Lheureux, Olivier Simola


Acteurs
Pascal Francfort, Pascal Pellegrino


Interprètes musique
Balanescu Quartet


Scénographie et création lumière
Jean-Marie Bosshard


Lumières
Laurent Junod


Technique
Luc Gendroz


Costumes
Jocelyne Pache


Musique
Kevin Volan, Alexander Balanescu, David Byrne, John Lurie, Robert Moran


↳ PHOTOS HD
↳ FICHE TECHNIQUE

Dates passées

Lausanne (CH)
23.02.1994
06.03.1994
Morges (CH)
08.03.1994
08.03.1994
Hambourg (DE)
15.04.1994
16.04.1994
Zürich (CH)
20.05.1994
21.05.1994
London (UK)
25.05.1994
25.05.1994
Berne (CH)
01.09.1994
02.11.1994