×

Cie Philippe Saire
Av. de Sévelin 36
1004 Lausanne
Suisse

+41 21 620 00 12 info@philippesaire.ch

Newsletter

Actéon, création 2018

La nouvelle pièce de Philippe Saire, Actéon, sera présentée au Théâtre Sévelin 36 du 14 au 25 novembre 2018.
Librement adaptée du mythe grec éponyme ; l’histoire de ce chasseur changé en cerf par la déesse Diane et déchiqueté par ses chiens. Centrée avant tout sur le mouvement, la pièce prend place dans l’univers fascinant, étrange et controversé de la chasse. Le mythe d’Actéon, tel qu’il est ici adapté, questionne de façon allégorique notre rapport au sauvage, une certaine « utopie de la nature » dont le discours du chasseur se fait l’emblème. Les notions de transgression, de métamorphose et de punition marquent ces allers-retours entre l’ordre physique et le merveilleux.

theatresevelin36.ch

Premières photos de Ether

Quatrième volet d'une série de pièces chorégraphiques en convergence avec les arts visuels, Ether aborde un nouvel aspect de notre perception visuelle : la versatilité des corps dans un espace en point de fuite et enfumé, à la frontière entre la présence et l'absence.

Avec Marthe Krummenacher et David Zagari

La pièce est présentée du 25 au 29 avril au Théâtre Sévelin 36, Lausanne. Infos et réservations: https://www.theatresevelin36.ch

Interview de Philippe Saire à Vertigo

Philippe Saire était l'invité de Pierre-Philippe Cadert dans Vertigo, sur La Première.

Il y parle de son rapport à la danse, et surtout de son dernier spectacle, Ether.

Ecouter l'émission: https://goo.gl/6mMdCF

Ether - le teaser est en ligne!

Quatrième volet d'une série de pièces chorégraphiques en convergence avec les arts visuels, ce duo joue sur un nouvel aspect de notre perception visuelle : la versatilité des corps dans un espace en point de fuite et enfumé, à la frontière entre la présence et l'absence.

25-29 avril, Théâtre Sévelin 36, réservations: theatresevelin36.ch
me & je 19h, ve & sa 20h, di 17h  ;  15.-/10.-

Les Sirènes - Avant-première à la Cinémathèque Suisse

La Cinémathèque Suisse et le Théâtre de Sévelin 36 proposent la projection en avant-première du nouveau court-métrage de Philippe Saire, le dimanche 11 mars à 19h15.

Après les Cartographies (2002-2012), cette œuvre initie une nouvelle série de vidéos-danse liés à des performances in situ. Chaque opus transcrit un " chant " de l'Odyssée d'Homère, prenant comme modèle la transposition qu'en fait James Joyce dans Ulysse : personnelle et contemporaine.
Dans le film qu’il réalise ici, Philippe Saire part d’une situation très concrète pour glisser peu à peu vers une appropriation très libre du mythe. Trois jeunes femmes en fin de soirée, à l’instar des Sirènes, trompent leur impossible paix et la violence de cet impossible en se métamorphosant en naufrageuses. Elles nous entraînent dans la quiétude des flots.
De Philippe Saire Avec Kim Ceysens, Maëlle Desclaux, Maïté Jeannolin

Casino de Montbenon Lausanne, dimanche 11 mars 2018, 19h15 (14 min)
Entrée gratuite, inscription conseillée
La projection est suivie d’une verrée ; précédée des spectacles de Oona Doherty et Edouard Hue.

Black Out, le film – Projection à Lausanne

Première publique de Black Out (2017, 17min), précédé de Vacuum (2016, 6min), dimanche 15 octobre 2017 à 11h, aux Galeries Pathé, Lausanne.
La projection est suivie d’une intervention de Stéphane Bouquet, écrivain et critique.

Loin de se résumer à de simples captations de spectacles, les travaux vidéos de Philippe Saire sont conçus comme des projets à part entière. Après plusieurs courts-métrages (Blind Date, [ob]seen, Faire Diversion, …), ainsi que la série Cartographies, qui se concentrait sur des chorégraphies in situ et était l’occasion de collaborer avec plusieurs réalisateurs de renom, ces deux films courts sont inspirées des spectacles éponymes. Ces derniers s’inscrivent dans une série en cours intitulée Dispositifs et explorant les frontières entre danse et arts visuels.

CUT revient à Lausanne dans le cadre du Programme Commun

Après une Première en novembre dernier, la dernière création de Philippe Saire entamait une tournée à Neuchâtel, puis Darmstadt pour une première allemande avant de passer par Berne et Bienne. Nous sommes très heureux que CUT revienne à Lausanne les 30, 31 mars et 1 avril 2017, et ce dans le cadre du Programme Commun – piloté par le Théâtre de Vidy et l’Arsenic.

Cette pièce chorégraphique pour 5 danseurs sera présentée au Théâtre de Sévelin 36 le jeudi 30 mars à 20h30, le vendredi 31 mars à 21h et le samedi 1 avril à 19h30. Réservations et informations sur le site du théâtre ou par mail.

×

Cie Philippe Saire
Av. de Sévelin 36
1004 Lausanne
Suisse

+41 21 620 00 12 info@philippesaire.ch

Newsletter

Actéon, création 2018

La nouvelle pièce de Philippe Saire, Actéon, sera présentée au Théâtre Sévelin 36 du 14 au 25 novembre 2018.
Librement adaptée du mythe grec éponyme ; l’histoire de ce chasseur changé en cerf par la déesse Diane et déchiqueté par ses chiens. Centrée avant tout sur le mouvement, la pièce prend place dans l’univers fascinant, étrange et controversé de la chasse. Le mythe d’Actéon, tel qu’il est ici adapté, questionne de façon allégorique notre rapport au sauvage, une certaine « utopie de la nature » dont le discours du chasseur se fait l’emblème. Les notions de transgression, de métamorphose et de punition marquent ces allers-retours entre l’ordre physique et le merveilleux.

theatresevelin36.ch

Premières photos de Ether

Quatrième volet d'une série de pièces chorégraphiques en convergence avec les arts visuels, Ether aborde un nouvel aspect de notre perception visuelle : la versatilité des corps dans un espace en point de fuite et enfumé, à la frontière entre la présence et l'absence.

Avec Marthe Krummenacher et David Zagari

La pièce est présentée du 25 au 29 avril au Théâtre Sévelin 36, Lausanne. Infos et réservations: https://www.theatresevelin36.ch

Interview de Philippe Saire à Vertigo

Philippe Saire était l'invité de Pierre-Philippe Cadert dans Vertigo, sur La Première.

Il y parle de son rapport à la danse, et surtout de son dernier spectacle, Ether.

Ecouter l'émission: https://goo.gl/6mMdCF

Ether - le teaser est en ligne!

Quatrième volet d'une série de pièces chorégraphiques en convergence avec les arts visuels, ce duo joue sur un nouvel aspect de notre perception visuelle : la versatilité des corps dans un espace en point de fuite et enfumé, à la frontière entre la présence et l'absence.

25-29 avril, Théâtre Sévelin 36, réservations: theatresevelin36.ch
me & je 19h, ve & sa 20h, di 17h  ;  15.-/10.-

Les Sirènes - Avant-première à la Cinémathèque Suisse

La Cinémathèque Suisse et le Théâtre de Sévelin 36 proposent la projection en avant-première du nouveau court-métrage de Philippe Saire, le dimanche 11 mars à 19h15.

Après les Cartographies (2002-2012), cette œuvre initie une nouvelle série de vidéos-danse liés à des performances in situ. Chaque opus transcrit un " chant " de l'Odyssée d'Homère, prenant comme modèle la transposition qu'en fait James Joyce dans Ulysse : personnelle et contemporaine.
Dans le film qu’il réalise ici, Philippe Saire part d’une situation très concrète pour glisser peu à peu vers une appropriation très libre du mythe. Trois jeunes femmes en fin de soirée, à l’instar des Sirènes, trompent leur impossible paix et la violence de cet impossible en se métamorphosant en naufrageuses. Elles nous entraînent dans la quiétude des flots.
De Philippe Saire Avec Kim Ceysens, Maëlle Desclaux, Maïté Jeannolin

Casino de Montbenon Lausanne, dimanche 11 mars 2018, 19h15 (14 min)
Entrée gratuite, inscription conseillée
La projection est suivie d’une verrée ; précédée des spectacles de Oona Doherty et Edouard Hue.

Black Out, le film – Projection à Lausanne

Première publique de Black Out (2017, 17min), précédé de Vacuum (2016, 6min), dimanche 15 octobre 2017 à 11h, aux Galeries Pathé, Lausanne.
La projection est suivie d’une intervention de Stéphane Bouquet, écrivain et critique.

Loin de se résumer à de simples captations de spectacles, les travaux vidéos de Philippe Saire sont conçus comme des projets à part entière. Après plusieurs courts-métrages (Blind Date, [ob]seen, Faire Diversion, …), ainsi que la série Cartographies, qui se concentrait sur des chorégraphies in situ et était l’occasion de collaborer avec plusieurs réalisateurs de renom, ces deux films courts sont inspirées des spectacles éponymes. Ces derniers s’inscrivent dans une série en cours intitulée Dispositifs et explorant les frontières entre danse et arts visuels.

CUT revient à Lausanne dans le cadre du Programme Commun

Après une Première en novembre dernier, la dernière création de Philippe Saire entamait une tournée à Neuchâtel, puis Darmstadt pour une première allemande avant de passer par Berne et Bienne. Nous sommes très heureux que CUT revienne à Lausanne les 30, 31 mars et 1 avril 2017, et ce dans le cadre du Programme Commun – piloté par le Théâtre de Vidy et l’Arsenic.

Cette pièce chorégraphique pour 5 danseurs sera présentée au Théâtre de Sévelin 36 le jeudi 30 mars à 20h30, le vendredi 31 mars à 21h et le samedi 1 avril à 19h30. Réservations et informations sur le site du théâtre ou par mail.

NEONS spectacle En tournée ×

40 min, 2 danseurs

Avec deux danseurs, des journaux lumineux et des néons pour seules lumières, NEONS Never Ever, Oh ! Noisy Shadows se joue entre ombre et lumière et traite de l’intimité et de la séparation. Une pièce forte et graphique qui se rapproche des arts visuels, dans la lignée de Black Out et Vacuum.
C’est l’histoire de deux hommes dont nous ne savons rien, pris à un moment difficile de leur couple.
Le mouvement est ciselé, intense, parfois d’une violence sourde. Allié à la voix de Maria Callas, il sert une chorégraphie marquante par ses contrastes: forte et intime, froide et violente, investie non sans être ironique.
NEONS compose, avec Black Out (2011) et Vacuum (2015), une série en cours appelée Dispositifs dans laquelle une idée visuelle est au départ de la création. Ici, les journaux lumineux et les néons forment la lumière, le décor et le sous-texte de la pièce. Ces derniers découpent des scènes dans la pénombre et produisent des nuances de gris insoupçonnées.

« (…)L’exubérance initiale laisse place à une absurdité morbide. Cette impression est encore renforcée à la fin des quarante minutes que dure le spectacle, lorsque monte une brume qui enveloppe la scène dans un nuage de fumée, jusqu’à ce que ne subsiste plus qu’un nuage rouge lumineux. Cette image finale est d’une rare beauté. (…)le chorégraphe lausannois fait preuve d’une incroyable intelligence artistique. »
Isabelle Jakob, Neue Zürcher Zeitung, Zürich


Au départ du spectacle, l’envie de travailler picturalement sur la lumière très spécifique du néon, sur les corps et l’espace. D’utiliser son grain et ses qualités de gris pour générer des images en mouvement. De penser aux ombres comme à du graphite ou du fusain.
Le choix de confronter à la danse le langage écrit (ici sur des journaux lumineux défilants). De mettre en contraste la force d’évocation du mouvement et la fausse évidence, voire la trivialité des mots.
Est-ce la lumière, qui unit ou divise, qui caresse ou qui fouille, est-ce la part d’ombre qu’elle implique, la prise de pouvoir qu’elle peut représenter… toujours est-il que peu à peu s’est imposée à moi l’idée que ce spectacle parlait d’une séparation.
Une séparation « générique » s’appuyant sur les constituants quasi chimiques de l’évolution d’une rupture, et recherchant les effets physiques de cette chimie de la dégradation.
Ainsi, peu importe l’histoire de ces deux hommes et l’état de leur relation : on entre directement dans un moment de leur vie. On y entre par le biais de leurs codes physiques et par les sensations que ces codes nous procurent.
Peu à peu, l’éloignement s’installe et se renforce, sans qu’on sache bien pourquoi. Ca nous échappe. Nous essayons bien d’en trouver les causes, mais ce que nous trouvons ne reste qu’anecdotes. C’est d’une nature qui nous dépasse.
Inévitablement, avec deux hommes sur le plateau, nous parlons là d’une rupture homosexuelle. Le choix a été de traiter cet état de fait comme une évidence et n’ayant rien d’exceptionnel. L’amour est générique, la séparation aussi. Le divorce aussi est pour tout le monde.

Philippe Saire


La fin d’une histoire d’amour
Un couple, la nuit, le désamour… Le nouveau spectacle de danse de Philippe Saire explore des terrains inédits dans son œuvre. On le savait joueur, sombre et ironique. Le voici émouvant aux larmes et plus intime que jamais. Cette histoire d’amour entre deux hommes vise à l’universel. Elle s’écrit sur des journaux lumineux rouges, des prompteurs qui diffusent les mots de l’intimité, ceux que l’on n’arrive pas à prononcer, et ceux que l’on dit machinalement, parce qu’on n’y croit plus. Les mots défilent, comme une effusion de sang s’écoule d’une blessure. « Tout est fini », « Je suis un salaud ». Ils sont les seules sources lumineuses qui éclairent la scène, avec des néons manipulés par les danseurs. Philippe Saire excelle à peindre avec les ombres. Sans chercher la beauté, cette esthétique contemporaine évoque, par ricochet, l’éclairage des toiles du Caravage, ou des scènes à la bougie peintes par Georges de La Tour. Le corps est là, dans son mystère, sa fragilité, ses limites. Celui qui n’est plus aimé est rejeté, « liquidé », comme à la fin de tout amour. Le chorégraphe parvient, par une recherche plastique, à toucher les sentiments profonds. La voix mixée de la Callas, dans l’opéra Adriana Lecouvreur de Francesco Celia, n’y est pas étrangère. C’est un poème en mouvements, dur, sous tension, qui s’écrit sous nos yeux. Un anéantissement, jusqu’au dernier souffle. Alors la nuit est si triste qu’elle devient blanche…

Julien Burri, L’Hebdo, Suisse

(…) le chorégraphe lausannois fait preuve d’une incroyable intelligence artistique.
(…) L’exubérance initiale laisse place à une absurdité morbide. Cette impression est encore renforcée à la fin des quarante minutes que dure le spectacle, lorsque monte une brume qui enveloppe la scène dans un nuage de fumée, jusqu’à ce que ne subsiste plus qu’un nuage rouge lumineux. Cette image finale est d’une rare beauté.
Isabelle Jakob, Neue Zürcher Zeitung, Zürich

Dans ce nouveau spectacle, Philippe Saire poursuit une exploration du côté plastique de la scène. Les néons sont incrustés dans des caissons noirs, mobiles, qui sont manipulés sur scène, ce qui permet littéralement de sculpter la lumière avec des nuances de gris et de noir absolument spectaculaires.
D’autres caissons sont traversés par des leds lumineux rouges dans un défilement de courtes phrases, de pensées, des bribes de texte qui donnent une dimension un peu mystérieuse à la représentation.
Troisième élément évidemment, la danse. Deux danseurs, Philippe Chosson et Pep Garrigues. Mieux encore, deux corps impliqués dans une confrontation très serrée faite de gestes, de caresses, de coups à travers lesquels se dessine une fragile et cruelle histoire d’amour et de haine entre ombre et lumière dans une certaine nudité des corps et des gestes, d’une force assez remarquable. (…)

Pierre Lepori, Les Matinales / Radio Télévision Suisse

(…) L’oeil se plaît à perdre et rechercher les contours de cette anatomie étrange, qui voit régulièrement surgir des réminiscences du patrimoine pictural : figures christiques, actions muettes. Une histoire dansée de la peinture, ou une histoire picturale de la danse…
Marie Chavanieux, La Terrasse, Paris


Concept, chorégraphie et textes
Philippe Saire


Chorégraphie en collaboration avec les danseurs
Philippe Chosson, Pep Garrigues


Dramaturge
Roberto Fratini Serafide


Création sonore
Stéphane Vecchione


Costumes
Isa Boucharlat


Direction technique
Yann Serez (création), Vincent Scalbert (tournées)


Régie
Mickaël Henrotay Delaunay


Techniciens
Léo Piccirelli, Théo Serez


Captation vidéo et teaser
Pierre-Yves Borgeaud


Photographies et design graphique
Philippe Weissbrodt


Musique
Francesco Cilea, Adriana Lecouvreur : « Poveri Fiori », interprété par Maria Callas.


↳ PHOTOS HD
↳ FICHE TECHNIQUE

Dates passées

Lausanne (CH)
17.01.2014
26.01.2014
Saint-Pétersbourg (RU)
19.09.2014
20.09.2014
Lausanne (CH)
06.11.2014
07.11.2014
Berlin (DE)
17.12.2014
18.12.2014
Basel (CH)
05.02.2015
06.02.2015
Lugano (CH)
08.05.2015
08.05.2015
Civitanova (IT)
18.07.2015
18.07.2015
Genève (CH)
11.09.2015
12.09.2015
Sierre (CH)
30.01.2016
30.01.2016
09.03.2016
17.03.2016
Köln (DE)
07.05.2016
07.05.2016
Brest (FR)
05.10.2016
05.10.2016
Milano (IT)
15.12.2016
15.12.2016
Fribourg (CH)
26.01.2017
28.01.2017
Maastricht (NL)
13.04.2017
14.04.2017
Mainz (DE)
28.04.2017
28.04.2017
Grahamstown (SA)
29.06.2017
30.06.2017
Cape Town (SA)
03.07.2017
04.07.2017
Maputo (MZ)
08.07.2017
08.07.2017
Bratislava (SK)
13.10.2017
14.10.2017
17.05.2018
18.05.2018