×

Cie Philippe Saire
Av. de Sévelin 36
Case Postale 20
1000 Lausanne
Suisse

+41 21 620 00 12 info@philippesaire.ch

Newsletter

Interview - Vertigo (FR)

Philippe Saire was invited by Pierre-Philippe Cadert in Vertigo, La Première.

He talks about his relationship to dance, and above all about his last piece, Ether.

Listen to the program (in French): https://goo.gl/6mMdCF

Photos Ether

First pictures of Ether!

This duo is the fourth part of a series of choreographic works in convergence with visual arts. Ether plays on a new aspect of our visual perception: the versatility of bodies in a smoked-filled and vanishing point-structured space, on the line between presence and absence.

The piece premiers April 25th - 29th at Théâtre Sévelin 36, Lausanne. Info and booking: https://www.theatresevelin36.ch

Ether - teaser is online!

This duo is the fourth part of a series of choreographic works in convergence with visual arts. It plays on a new aspect of our visual perception: the versatility of bodies in a smoked-filled and vanishing point-structured space, on the line between presence and absence.

25-29 April, Théâtre Sévelin 36, booking: theatresevelin36.ch
Wed & Thu 7pm, Fri & Sat 8pm, Sun 5pm  ;  15.-/10.-

Les Sirènes - Avant-première à la Cinémathèque Suisse

La Cinémathèque Suisse et le Théâtre de Sévelin 36 proposent la projection en avant-première du nouveau court-métrage de Philippe Saire, le dimanche 11 mars à 19h15.

Après les Cartographies (2002-2012), cette œuvre initie une nouvelle série de vidéos-danse liés à des performances in situ. Chaque opus transcrit un " chant " de l'Odyssée d'Homère, prenant comme modèle la transposition qu'en fait James Joyce dans Ulysse : personnelle et contemporaine.
Dans le film qu’il réalise ici, Philippe Saire part d’une situation très concrète pour glisser peu à peu vers une appropriation très libre du mythe. Trois jeunes femmes en fin de soirée, à l’instar des Sirènes, trompent leur impossible paix et la violence de cet impossible en se métamorphosant en naufrageuses. Elles nous entraînent dans la quiétude des flots.
De Philippe Saire Avec Kim Ceysens, Maëlle Desclaux, Maïté Jeannolin

Casino de Montbenon Lausanne, dimanche 11 mars 2018, 19h15 (14 min)
Entrée gratuite, inscription conseillée
La projection est suivie d’une verrée ; précédée des spectacles de Oona Doherty et Edouard Hue.

Black Out, le film – Projection à Lausanne

Première publique de Black Out (2017, 17min), précédé de Vacuum (2016, 6min), dimanche 15 octobre 2017 à 11h, aux Galeries Pathé, Lausanne.
La projection est suivie d’une intervention de Stéphane Bouquet, écrivain et critique.

Loin de se résumer à de simples captations de spectacles, les travaux vidéos de Philippe Saire sont conçus comme des projets à part entière. Après plusieurs courts-métrages (Blind Date, [ob]seen, Faire Diversion, …), ainsi que la série Cartographies, qui se concentrait sur des chorégraphies in situ et était l’occasion de collaborer avec plusieurs réalisateurs de renom, ces deux films courts sont inspirées des spectacles éponymes. Ces derniers s’inscrivent dans une série en cours intitulée Dispositifs et explorant les frontières entre danse et arts visuels.

CUT revient à Lausanne dans le cadre du Programme Commun

Après une Première en novembre dernier, la dernière création de Philippe Saire entamait une tournée à Neuchâtel, puis Darmstadt pour une première allemande avant de passer par Berne et Bienne. Nous sommes très heureux que CUT revienne à Lausanne les 30, 31 mars et 1 avril 2017, et ce dans le cadre du Programme Commun – piloté par le Théâtre de Vidy et l’Arsenic.

Cette pièce chorégraphique pour 5 danseurs sera présentée au Théâtre de Sévelin 36 le jeudi 30 mars à 20h30, le vendredi 31 mars à 21h et le samedi 1 avril à 19h30. Réservations et informations sur le site du théâtre ou par mail.

×

Cie Philippe Saire
Av. de Sévelin 36
Case Postale 20
1000 Lausanne
Suisse

+41 21 620 00 12 info@philippesaire.ch

Newsletter

Interview - Vertigo (FR)

Philippe Saire was invited by Pierre-Philippe Cadert in Vertigo, La Première.

He talks about his relationship to dance, and above all about his last piece, Ether.

Listen to the program (in French): https://goo.gl/6mMdCF

Photos Ether

First pictures of Ether!

This duo is the fourth part of a series of choreographic works in convergence with visual arts. Ether plays on a new aspect of our visual perception: the versatility of bodies in a smoked-filled and vanishing point-structured space, on the line between presence and absence.

The piece premiers April 25th - 29th at Théâtre Sévelin 36, Lausanne. Info and booking: https://www.theatresevelin36.ch

Ether - teaser is online!

This duo is the fourth part of a series of choreographic works in convergence with visual arts. It plays on a new aspect of our visual perception: the versatility of bodies in a smoked-filled and vanishing point-structured space, on the line between presence and absence.

25-29 April, Théâtre Sévelin 36, booking: theatresevelin36.ch
Wed & Thu 7pm, Fri & Sat 8pm, Sun 5pm  ;  15.-/10.-

Les Sirènes - Avant-première à la Cinémathèque Suisse

La Cinémathèque Suisse et le Théâtre de Sévelin 36 proposent la projection en avant-première du nouveau court-métrage de Philippe Saire, le dimanche 11 mars à 19h15.

Après les Cartographies (2002-2012), cette œuvre initie une nouvelle série de vidéos-danse liés à des performances in situ. Chaque opus transcrit un " chant " de l'Odyssée d'Homère, prenant comme modèle la transposition qu'en fait James Joyce dans Ulysse : personnelle et contemporaine.
Dans le film qu’il réalise ici, Philippe Saire part d’une situation très concrète pour glisser peu à peu vers une appropriation très libre du mythe. Trois jeunes femmes en fin de soirée, à l’instar des Sirènes, trompent leur impossible paix et la violence de cet impossible en se métamorphosant en naufrageuses. Elles nous entraînent dans la quiétude des flots.
De Philippe Saire Avec Kim Ceysens, Maëlle Desclaux, Maïté Jeannolin

Casino de Montbenon Lausanne, dimanche 11 mars 2018, 19h15 (14 min)
Entrée gratuite, inscription conseillée
La projection est suivie d’une verrée ; précédée des spectacles de Oona Doherty et Edouard Hue.

Black Out, le film – Projection à Lausanne

Première publique de Black Out (2017, 17min), précédé de Vacuum (2016, 6min), dimanche 15 octobre 2017 à 11h, aux Galeries Pathé, Lausanne.
La projection est suivie d’une intervention de Stéphane Bouquet, écrivain et critique.

Loin de se résumer à de simples captations de spectacles, les travaux vidéos de Philippe Saire sont conçus comme des projets à part entière. Après plusieurs courts-métrages (Blind Date, [ob]seen, Faire Diversion, …), ainsi que la série Cartographies, qui se concentrait sur des chorégraphies in situ et était l’occasion de collaborer avec plusieurs réalisateurs de renom, ces deux films courts sont inspirées des spectacles éponymes. Ces derniers s’inscrivent dans une série en cours intitulée Dispositifs et explorant les frontières entre danse et arts visuels.

CUT revient à Lausanne dans le cadre du Programme Commun

Après une Première en novembre dernier, la dernière création de Philippe Saire entamait une tournée à Neuchâtel, puis Darmstadt pour une première allemande avant de passer par Berne et Bienne. Nous sommes très heureux que CUT revienne à Lausanne les 30, 31 mars et 1 avril 2017, et ce dans le cadre du Programme Commun – piloté par le Théâtre de Vidy et l’Arsenic.

Cette pièce chorégraphique pour 5 danseurs sera présentée au Théâtre de Sévelin 36 le jeudi 30 mars à 20h30, le vendredi 31 mars à 21h et le samedi 1 avril à 19h30. Réservations et informations sur le site du théâtre ou par mail.

Jour de fuite spectacle ×

Première at Théâtre Sévelin 36, March 5th, 2003. A solo performance by Philippe Saire.

Philippe Saire returns to the stage. In his new work, where he is also the dancer, Philippe Saire confronts, for the third time, the challenge of the solo performance.

This choreography mirrors our times : each one of us must choose our path, fashion our own happiness and establish ourselves according to our talents. In « Jour de fuite », Philippe Saire questions the process of interacting with the world, and with certitudes which may be revealed as illusory. A solo showing the merits of haziness, confusion and obscurity.


Quel qu’en soit le thème, un solo parle de toute façon d’un recentrage sur sa personne. D’une attention à soi quasiment anormale, voire d’égocentrisme. C’est peut-être en cela qu’un solo fait le plus sens dans la situation actuelle. Dans un monde caractérisé par le souci très présent de soi-même, de sa propre construction, de son propre épanouissement. Avec à la clé cette idée que nous avons une maîtrise sur notre destin, sur nos ravissements. Sur le plan artistique, cela se traduit par une valorisation particulière du quotidien, du banal, de son propre corps.
A un ma vie est une œuvre d’art et à une sorte de mise en scène du quotidien. Médiatiquement, le quotidien du Loft fascine. Paradoxalement, le doute sur la fabrication de ce quotidien fascine tout autant. Nous avons besoin de témoins. Nous avons besoin de reconnaissance, de confirmation. Nous avons besoin de l’authentification de l’image.
Au travers de toute cette situation me viennent des termes comme celui de déplacement, de glissement, de dérive. Sismiques, profonds. Comme si nous étions à côté, de nous-mêmes, de ce que nous voudrions être. Comme si un décalage existait entre nos actes et nos aspirations. Me vient aussi une sensation d’insécurité. Nous jouons à une sorte de jeu de construction absurde : nous devons sans cesse nous positionner sur un terrain instable et glissant. L’adaptabilité, valeur portée aux nues et preuve de base d’une ouverture d’esprit, ne serait-elle finalement qu’un pansement ? Me vient l’impression d’une peur générale, peur d’être juste, à sa place, et d’arriver à s’inscrire dans quelque chose de plus large. Alors que ce quelque chose est moins défini que jamais. >Me vient enfin le sentiment vague d’être pris au piège, et de devoir accomplir une tâche impossible et quasiment schizophrène : D’être chacun acculé à gérer son destin, à être responsable de son bonheur, à se faire reconnaître.
De devoir en même temps ignorer et lutter contre une peur viscérale et latente.
(Celle d’un cauchemar d’enfant qui rêve qu’une bête a dévoré dans la nuit toute sa famille, et que cette bête attend, tapie dans le noir, qu’il laisse sortir ne serait-ce qu’un orteil du drap, pour sauter sur lui). Peut-être que ce solo c’est juste ça : Un solo pour conjurer la peur.
Philippe Saire

On ne sait pas de quelle nuit nous venons, ni vers laquelle nous allons. On ne sait pas si nous sommes nés à telle date ou dans le fond des âges. On ne sait pas si nous sommes quelqu’un ou n’importe qui. On ne sait pas si nous portons un nom ou pas. On ne sait pas comment la forêt bruissante de notre enfance est devenue la forêt métallique des villes. On ne sait pas si la lumière braquée sur nous est celle d’un souvenir qui nous obsède ou de l’Etat qui nous arrête. On ne sait pas si le bruit de nos pieds qui marchent est celui de nos os dans notre chair. On ne sait pas si le son qui bat dans nos oreilles provient d’un bal ou de notre cœur. On ne sait pas si notre rire est un cri. On ne sait pas si l’air nous dilate ou nous consume. On ne sait pas si nous devons bouger ou rester immobiles. On ne sait pas si nous devons nous montrer ou nous cacher. On ne sait pas si nous devons chanter ou nous taire. On ne sait pas si nos gesticulations sont l’expression de la vaillance ou de la terreur. On ne sait pas si nos actes sont des convulsions.
On ne sait pas si les murs qui nous entourent sont ceux d’un refuge ou d’une prison. On ne sait pas si le sol est un pan du ciel. On ne sait pas si nos congénères nous veillent ou sont absents. On ne sait pas s’ils nous observent ou sont aveugles. On ne sait pas s’ils nous aiment ou s’ils nous trompent. On ne sait pas si nous avons besoin d’eux pour être seuls. On ne sait pas s’il faut conserver nos traces ou les effacer. On ne sait pas si nous sommes fatigués ou si nous allons mourir. On ne sait pas si nous sommes penchés vers le sol pour y percevoir nos origines ou pour nous y dissoudre. On ne sait pas comment muer le temps qui passe en sentiment d’éternité.On ne sait pas si le souffle qui nous emporte dans la mort est né du vide ou fomenté par les dieux. Ne pas le savoir est sans effet sur ceux qui nous suivent. Ils continuent.
Christophe Gallaz, écrivain


A n’avoir ainsi que soi pour partenaire, avec l’espace, le son et la lumière, le danseur, à fortiori le chorégraphe se dépouille de tous les faux-semblants. Il se dénude, corps et âme. (…) C’est moins de fuite qu’il s’agit que de retrouvailles avec soi-même. (…) L’ombre n’est pas que l’absence de lumière. C’est aussi l’image en négatif du danseur, tantôt portée sur le sol, tantôt sur les murs. Saire en joue. Et la lumière n’est pas que la clarté. C’est aussi des formes légères qui balaient l’espace de tout leur éclat, comme autant de lignes de fuite… Autre jeu fascinant.
Jean-Pierre Pastori, Tanz&Gymnastik, 2.2003

Lui aussi (Philippe Saire) fuit dans un monde où il risque peu d’être poursuivi. Il s’est d’ailleurs gardé d’en baliser le chemin. Ce qu’il voulait, c’était créer de fausses pistes et laisser de faux indices à ses éventuels poursuivants. Il lui fallait échapper, ne serait-ce qu’un jour, à la pesanteur de cet univers. Quarante-cinq minutes de solo, donc, où le fuyard narcissique danse son bonheur d’être en retrait de la vie. Ce bonheur-là, il ne le cèderait pas pour tout l’or du monde.
Le solo qu’il a conçu correspond à un besoin vital de sauver sa peau. Sa peau d’homme « harcelé, comme il dit, par les recettes de bonheur qu’on nous conseille d’appliquer à la lettre si l’on veut réussir. A cette nécessité de réussir, Philippe Saire dit halte. « L’envie de reconnaissance, que les émissions télévisées projettent et entretiennent, génère une tension insupportable », lâche-t-il.

Ghania Adamo, Swissinfo, 4.3.2003


Choreography and dance
Philippe Saire


Music
Matthieu Burner


Lighting
Laurent Junod


Set design
Anne Peverelli


Dramatic consultant
Hélène Cattin


Costumes
Isa Boucharlat


↳ PHOTOS HD
↳ TECHNICAL RIDER

Past dates

Lausanne (CH)
05.03.2003
08.03.2003
Milan (IT)
22.05.2003
24.05.2003
Berne (CH)
30.11.2003
30.11.2003
Nyon (CH)
19.02.2004
21.02.2004
Lausanne (CH)
03.03.2004
07.03.2004
Zürich (CH)
29.10.2004
29.10.2004
Berne (CH)
11.12.2004
12.12.2004