×

Cie Philippe Saire
Av. de Sévelin 36
Case Postale 20
1000 Lausanne
Suisse

+41 21 620 00 12 info@philippesaire.ch

Newsletter

Premières photos de Ether

Quatrième volet d'une série de pièces chorégraphiques en convergence avec les arts visuels, Ether aborde un nouvel aspect de notre perception visuelle : la versatilité des corps dans un espace en point de fuite et enfumé, à la frontière entre la présence et l'absence.

Avec Marthe Krummenacher et David Zagari

La pièce est présentée du 25 au 29 avril au Théâtre Sévelin 36, Lausanne. Infos et réservations: https://www.theatresevelin36.ch

Interview de Philippe Saire à Vertigo

Philippe Saire était l'invité de Pierre-Philippe Cadert dans Vertigo, sur La Première.

Il y parle de son rapport à la danse, et surtout de son dernier spectacle, Ether.

Ecouter l'émission: https://goo.gl/6mMdCF

Ether - le teaser est en ligne!

Quatrième volet d'une série de pièces chorégraphiques en convergence avec les arts visuels, ce duo joue sur un nouvel aspect de notre perception visuelle : la versatilité des corps dans un espace en point de fuite et enfumé, à la frontière entre la présence et l'absence.

25-29 avril, Théâtre Sévelin 36, réservations: theatresevelin36.ch
me & je 19h, ve & sa 20h, di 17h  ;  15.-/10.-

Les Sirènes - Avant-première à la Cinémathèque Suisse

La Cinémathèque Suisse et le Théâtre de Sévelin 36 proposent la projection en avant-première du nouveau court-métrage de Philippe Saire, le dimanche 11 mars à 19h15.

Après les Cartographies (2002-2012), cette œuvre initie une nouvelle série de vidéos-danse liés à des performances in situ. Chaque opus transcrit un " chant " de l'Odyssée d'Homère, prenant comme modèle la transposition qu'en fait James Joyce dans Ulysse : personnelle et contemporaine.
Dans le film qu’il réalise ici, Philippe Saire part d’une situation très concrète pour glisser peu à peu vers une appropriation très libre du mythe. Trois jeunes femmes en fin de soirée, à l’instar des Sirènes, trompent leur impossible paix et la violence de cet impossible en se métamorphosant en naufrageuses. Elles nous entraînent dans la quiétude des flots.
De Philippe Saire Avec Kim Ceysens, Maëlle Desclaux, Maïté Jeannolin

Casino de Montbenon Lausanne, dimanche 11 mars 2018, 19h15 (14 min)
Entrée gratuite, inscription conseillée
La projection est suivie d’une verrée ; précédée des spectacles de Oona Doherty et Edouard Hue.

Black Out, le film – Projection à Lausanne

Première publique de Black Out (2017, 17min), précédé de Vacuum (2016, 6min), dimanche 15 octobre 2017 à 11h, aux Galeries Pathé, Lausanne.
La projection est suivie d’une intervention de Stéphane Bouquet, écrivain et critique.

Loin de se résumer à de simples captations de spectacles, les travaux vidéos de Philippe Saire sont conçus comme des projets à part entière. Après plusieurs courts-métrages (Blind Date, [ob]seen, Faire Diversion, …), ainsi que la série Cartographies, qui se concentrait sur des chorégraphies in situ et était l’occasion de collaborer avec plusieurs réalisateurs de renom, ces deux films courts sont inspirées des spectacles éponymes. Ces derniers s’inscrivent dans une série en cours intitulée Dispositifs et explorant les frontières entre danse et arts visuels.

CUT revient à Lausanne dans le cadre du Programme Commun

Après une Première en novembre dernier, la dernière création de Philippe Saire entamait une tournée à Neuchâtel, puis Darmstadt pour une première allemande avant de passer par Berne et Bienne. Nous sommes très heureux que CUT revienne à Lausanne les 30, 31 mars et 1 avril 2017, et ce dans le cadre du Programme Commun – piloté par le Théâtre de Vidy et l’Arsenic.

Cette pièce chorégraphique pour 5 danseurs sera présentée au Théâtre de Sévelin 36 le jeudi 30 mars à 20h30, le vendredi 31 mars à 21h et le samedi 1 avril à 19h30. Réservations et informations sur le site du théâtre ou par mail.

×

Cie Philippe Saire
Av. de Sévelin 36
Case Postale 20
1000 Lausanne
Suisse

+41 21 620 00 12 info@philippesaire.ch

Newsletter

Premières photos de Ether

Quatrième volet d'une série de pièces chorégraphiques en convergence avec les arts visuels, Ether aborde un nouvel aspect de notre perception visuelle : la versatilité des corps dans un espace en point de fuite et enfumé, à la frontière entre la présence et l'absence.

Avec Marthe Krummenacher et David Zagari

La pièce est présentée du 25 au 29 avril au Théâtre Sévelin 36, Lausanne. Infos et réservations: https://www.theatresevelin36.ch

Interview de Philippe Saire à Vertigo

Philippe Saire était l'invité de Pierre-Philippe Cadert dans Vertigo, sur La Première.

Il y parle de son rapport à la danse, et surtout de son dernier spectacle, Ether.

Ecouter l'émission: https://goo.gl/6mMdCF

Ether - le teaser est en ligne!

Quatrième volet d'une série de pièces chorégraphiques en convergence avec les arts visuels, ce duo joue sur un nouvel aspect de notre perception visuelle : la versatilité des corps dans un espace en point de fuite et enfumé, à la frontière entre la présence et l'absence.

25-29 avril, Théâtre Sévelin 36, réservations: theatresevelin36.ch
me & je 19h, ve & sa 20h, di 17h  ;  15.-/10.-

Les Sirènes - Avant-première à la Cinémathèque Suisse

La Cinémathèque Suisse et le Théâtre de Sévelin 36 proposent la projection en avant-première du nouveau court-métrage de Philippe Saire, le dimanche 11 mars à 19h15.

Après les Cartographies (2002-2012), cette œuvre initie une nouvelle série de vidéos-danse liés à des performances in situ. Chaque opus transcrit un " chant " de l'Odyssée d'Homère, prenant comme modèle la transposition qu'en fait James Joyce dans Ulysse : personnelle et contemporaine.
Dans le film qu’il réalise ici, Philippe Saire part d’une situation très concrète pour glisser peu à peu vers une appropriation très libre du mythe. Trois jeunes femmes en fin de soirée, à l’instar des Sirènes, trompent leur impossible paix et la violence de cet impossible en se métamorphosant en naufrageuses. Elles nous entraînent dans la quiétude des flots.
De Philippe Saire Avec Kim Ceysens, Maëlle Desclaux, Maïté Jeannolin

Casino de Montbenon Lausanne, dimanche 11 mars 2018, 19h15 (14 min)
Entrée gratuite, inscription conseillée
La projection est suivie d’une verrée ; précédée des spectacles de Oona Doherty et Edouard Hue.

Black Out, le film – Projection à Lausanne

Première publique de Black Out (2017, 17min), précédé de Vacuum (2016, 6min), dimanche 15 octobre 2017 à 11h, aux Galeries Pathé, Lausanne.
La projection est suivie d’une intervention de Stéphane Bouquet, écrivain et critique.

Loin de se résumer à de simples captations de spectacles, les travaux vidéos de Philippe Saire sont conçus comme des projets à part entière. Après plusieurs courts-métrages (Blind Date, [ob]seen, Faire Diversion, …), ainsi que la série Cartographies, qui se concentrait sur des chorégraphies in situ et était l’occasion de collaborer avec plusieurs réalisateurs de renom, ces deux films courts sont inspirées des spectacles éponymes. Ces derniers s’inscrivent dans une série en cours intitulée Dispositifs et explorant les frontières entre danse et arts visuels.

CUT revient à Lausanne dans le cadre du Programme Commun

Après une Première en novembre dernier, la dernière création de Philippe Saire entamait une tournée à Neuchâtel, puis Darmstadt pour une première allemande avant de passer par Berne et Bienne. Nous sommes très heureux que CUT revienne à Lausanne les 30, 31 mars et 1 avril 2017, et ce dans le cadre du Programme Commun – piloté par le Théâtre de Vidy et l’Arsenic.

Cette pièce chorégraphique pour 5 danseurs sera présentée au Théâtre de Sévelin 36 le jeudi 30 mars à 20h30, le vendredi 31 mars à 21h et le samedi 1 avril à 19h30. Réservations et informations sur le site du théâtre ou par mail.

Est-ce que je peux me permettre d’attirer votre attention sur la brièveté de la vie? spectacle ×

Première à l’Opéra de Lausanne, le 26 novembre 2006. Chorégraphie pour 6 danseurs.

Notre besoin de détachement. Notre faculté à nous divertir. Hors du poids, du noir, du morose. L’envie légitime de l’enchantement. Le désir d’euphorie. La vie comme une perpétuelle distraction. La danse contemporaine, ludique et tendre. Alors une pièce drôle ? Une pièce libre, le plus libre possible.
Après les explorations d’[ob]seen sur l’impudeur et de Sang d’encre sur l’inquiétude, je souhaitais pour cette création revenir à une investigation plus ludique. Comme si ce nouveau spectacle prenait la forme d’une réponse légère et personnelle à cette question: « Comment sortir du poids du noir, du constat morose, et trouver une légitimité dans notre besoin de détachement et d’euphorie ? »
Cela nous amène à interroger le divertissement et la distraction par le biais de la danse contemporaine. Il s’agit aussi de porter un regard tendre sur notre envie d’enchantement et sur notre faculté à nous distraire au quotidien.
Alors une pièce drôle ? En tout cas, une pièce libre, le plus libre possible.
Philippe Saire, chorégraphe

« L’art, c’est ce qui rend la vie plus intéressante que l’art« . Robert Filliou

Le 26 novembre 1986, au Théâtre Municipal de Lausanne, Philippe Saire présentait la première création de sa Compagnie:Encore Torride. 20 ans plus tard, jour pour jour, l’Opéra de Lausanne accueille une nouvelle fois la Cie Philippe Saire, l’opportunité de présenter au public sa nouvelle création: Est-ce que je peux me permettre d’attirer votre attention sur la brièveté de la vie ?


Très différente des précédentes créations de Philippe Saire, Est-ce que je peux me permettre d’attirer votre attention sur la brièveté e la vie? détourne par la danse les codes du divertissement, et en joue sur un mode à la fois léger et pointu.

Au travers d’une imagerie festive, accessible et colorée, cette nouvelle création est conçue comme une revue astucieuse qui se laisse dévoiler par couches, pour atteindre et décortiquer les mécanismes de notre soif de distraction, moteur fascinant de nos vies et besoin universel.

Dis-traire (tirer hors). Ce à quoi nous tentons d’échapper, comment nous fabriquons ces tentatives.

Et en réponse à la question posée, un final en surprise, comme pour rappeler la fragilité de cet univers.


Revanche d’une blonde
C’est bien connu, la blonde est légère et évaporée. Elle rafraîchit, mais ne tient pas au palais. Et ce qui vaut pour la femme ou la bière, vaut pour le spectacle vivant. Aux côtés de la puissante tragédie et de la dissidente comédie, le cirque et le cabaret font figure de hochets qu’on agite devant un public qui ne demande qu’à être distrait… Stéréotypes ? Certes, mais ils ont la vie dure. Ainsi, lorsque pour fêter les vingt ans de sa compagnie lausannoise, Philippe Saire a avancé la distraction comme thème de sa nouvelle création, on a douté de cette volonté d’explorer par la danse le monde des paillettes et de l’illusion. Pas facile d’éviter le piège de la complaisance ou celui, plus tentant encore, du contre-pied téléphoné.
Pourtant. Est-ce que je peux me permettre d’attirer votre attention sur la brièveté de la vie ? se maintient en constant équilibre entre les deux options et échappe à toute tentative de réduction. Car si, sur une musique souvent musclée, les danseurs de Philippe Saire enchaînent des numéros de voltige, de french cancan ou de prestidigitation, une fausse note, comme un blues passager, court-circuite chaque fois la logique de séduction. Le cancan est livré couché, le secret du magicien éventé et le cirage noir qui enduit le corps de l’homme volant se dépose sans pitié sur le costume de son partenaire, immaculé… Même jeu pour cette magnifique séquence de claquettes où les danseuses luttent contre un crépuscule qui les dissimule. On le croquerait ce duo primesautier, encore faudrait-il le distinguer… Ainsi, le chorégraphe lausannois n’a pas besoin de déployer un arsenal bétonné pour bousculer ces arts dits légers. Il joue simplement sur la fragilité inhérente à ce monde de l’illusion. Comme si le simple souffle de qui s’en approche de trop près signait fatalement son évaporation. Dans la bière, n’est-ce pas la mousse qu’on préfère ?

Marie-Pierre Genecand, Le Temps, 9 décembre 2006

*Pour sa fête,Philippe Saire fait feu de tout pas
Dans une émouvante création anniversaire,le chorégraphe Philippe Saire célèbre ce qui fait de la danse une fête permanente.
Il ferait presque peur, s’il n’était profondément ironique, le sourire de cette hôtesse en robe du soir qui accueille le public depuis la scène. Visage élastique, gestes amples de qui invite, la danseuse – après avoir exécuté quelque complexe contorsion pour enfiler un pull-over – lance ce qui n’est déjà plus un spectacle, mais un véritable show. Foin de célébrations mélodramatiques et d’hommages cryptiques: chez Philippe Saire, l’anniversaire est court et explosif. A l’occasion des vingt ans de sa compagnie, le chorégraphe lausannois change de ton et fait mine d’oublier ses soucis dans le très beau Est-ce que je peux me permettre d’attirer votre attention sur la brièveté de la vie? Les numéros s’enchaînent, donc, dans cette revue détournée qui pratique aussi bien le french cancan que le ballet façon Chorus Line. Mais rien chez Saire n’est emprunté et rendu tel quel, ni le tour de magie joliment ringard ni le tango désespéré. Et si toutes les séquences démarrent très platement – les amorces sont du meilleur effet comique -, elles finissent par prendre une autre tournure. Les danseurs, à l’étroit dans les tristes règles du divertissement, se libèrent, s’envolent littéralement et évoluent vers un vocabulaire plus poétique et généreux. Le contemporain travestit soudain l’ancien.
A ce processus d’appropriation, Saire applique son propre programme. « Comment sortir du noir? », écrit-il au sujet de cette création qui vient après [ob]seen et Sang d’encre, pièces sur l’impudeur et l’inquiétude. Sortir du noir, c’est convoquer les figures imposées de l’amusement qui ont fait depuis longtemps leurs preuves. Mais à Sévelin 36, où le spectacle est donné jusqu’à dimanche, la réponse est aussi littérale: les interprètes maîtrisent eux-mêmes la lumière depuis la scène, manipulant une série de néons sur roulettes. Dans ces brèves ou longues illuminations, ils apparaissent et disparaissent, dansent à contre-jour ou jouent avec leurs ombres. Au final, l’ensemble se pare d’une émouvante simplicité. Débarrassé de toute la lourdeur d’une interrogation métaphysique, le chorégraphe affiche ses propositions avec conviction. Porteurs de cette entreprise, Philippe Chosson, Anne Delahaye, Karine Grasset, Gilles Viandier, Mike Winter et David Zagari bougent avec une persévérance carabinée, s’animent en un jeu collectif efficace fait de sorties et d’entrées en scène, de cache-cache. Et c’est sans compter la présence surprenante de leurs doubles enfantins qui apparaissent dans un final épatant. On croirait pourtant à tort la création de Saire naïve. Lucide, son regard sur le divertissement se révèle précieux, car s’il postule la brièveté des satisfactions, jamais il ne les moque ou s’en détourne. Saire n’en perd pas une miette et nous non plus. *
Sandra Vinciguerra, Le Courrier, 8 décembre 2006

Vingt bougies et des étincelles
(…) On découvre le chorégraphe lausannois dans une création légère, atypique, qui échappe à toute volonté de la classer d’emblée dans le parcours artistique de l’intéressé. Les six interprètes livrent en effet une suite étincelante de numéros de danse de revue (…) Mike Winter se démenant en peignoir, Anne Delahaye en présentatrice qui n’a rien à présenter ne sont que quelques exemples d’une série qui a tout pour plaire.

Anna Hohler, 24 Heures, 29 novembre 2006


Opéra de Lausanne, Ecole de Cirque de Lausanne, Bowling Lausanne Vidy, Karting de Vuitebœuf, Carrousels de Fribourg, Théâtre Arsenic, Philippe de Rahm, Murièle Zimmermann, Virginie Mayor et tous les parents.


Chorégraphie en collaboration avec les danseurs
Philippe Saire


Danseurs
Philippe Chosson, Anne Delahaye, Karine Grasset, Gilles Viandier, Mike Winter, David Zagari


Conception lumière
Laurent Junod


Création sonore
Christophe Bollondi


Conseil artistique
Massimo Furlan


Assistante de production
Muriel Imbach


Costumes
Isa Boucharlat


Assistante costumes
Christine Emery


Habilleuse
Celia Franceschi


Régie générale
Yann Serez


Construction
Danny Clot, Daniel Demont, Maxime Fontannaz, Luc-Etienne Gersbach


Photographe
Mario del Curto


Graphiste
René Walker


Avec la participation de
Jérémy Barbezat, Lucie Benjamin, Evan Dovale, Maël Fidanza, Lena Furlan, Lisa Furlan, Alexei Giovanelli, Luis Melgar-Grasset, Nino Melgar-Grasset, Adrian Monnin, Noa Naclerio, Léo Oliveira


Conseil et collaboration
Claire Graf


Diffusion
Claude Freymond


Administration
Claudine Geneletti


Communication
Sonia Meyer


Secrétariat
Sarah Orfellini


Comptabilité
Régina Zwahlen


Entretien
Olivier Schubert


Stagiaires
Pierre-Yves Diacon, Job Michael Rouamba


↳ PHOTOS HD
↳ FICHE TECHNIQUE

Dates passées

Lausanne (CH)
26.11.2006
26.11.2006
Lausanne (CH)
29.11.2006
10.12.2006
Chiasso (CH)
14.12.2006
14.12.2006
Lucerne (CH)
19.12.2006
21.12.2006
Bâle (CH)
23.03.2007
24.03.2007
Aix-en-Provence (FR)
26.04.2007
26.04.2007
01.05.2007
02.05.2007
Zürich (CH)
03.05.2007
05.05.2007
22.06.2007
23.06.2007
ADN
Neuchâtel (CH)
08.07.2007
08.07.2007
Olten (CH)
14.11.2007
14.11.2007
Genève (CH)
19.12.2007
31.12.2007
Aachen (DE)
16.02.2008
17.02.2008
Romont (CH)
08.03.2008
08.03.2008
02.05.2008
03.05.2008
Newcastle (UK)
07.05.2008
07.05.2008
Aarau (CH)
23.05.2008
24.05.2008
Manchester (UK)
29.05.2008
29.05.2008
Londres (UK)
31.05.2008
01.06.2008
06.06.2008
06.06.2008
St-Gall (CH)
24.09.2008
24.09.2008
27.01.2009
27.01.2009
Dehli (IN)
16.02.2009
16.02.2009
Colombier (CH)
21.03.2009
23.03.2009
06.05.2010
06.05.2010
Lausanne (CH)
11.12.2010
12.12.2010